« Tout paradis n’est pas perdu », Jean Rouaud

9782246860914-001-X_0Chroniques publiées hebdomadairement dans l’Humanité entre avril 2014 et juin 2015, les voici mises bout à bout pour constituer une forme d’essai sur la laïcité transformé de main de maître par Jean Rouaud. Une réflexion en mouvement qui vient à point après Charlie et la récente vague d’attentats. Car pour comprendre l’autre, il faut aussi d’abord se comprendre soi-même. D’où viennent nos modes de pensée, qu’elle soit athée ou transcendante ? Quelle est la part d’ombre apportée par les Lumières ? Comment le christianisme occidental a-t-il, de la crucifixion à Bernadette Soubirou, façonné notre culture de l’image et de la représentation ? La séparation de l’Eglise et de l’Etat va-t-elle vraiment de soi ? Quelles sont les limites de la laïcité et du complexe de supériorité qu’elle induit face aux révélations divines ? Et puis surtout, de qui doit-on avoir peur ? Des barbus qui nous interdisent de blasphémer ou de l’extrême-droite qui se sert habilement des trous d’air de notre tolérance affichée ?

En tout cas, il est sans doute temps de réfléchir à notre système de valeurs et d’affiner nos discours. Qu’importe finalement si on accède au paradis ici et maintenant, ou plus tard là-haut, l’important c’est d’essayer l’exercice ensemble. Jean Rouaud nous y invite, avec style et intelligence.

Le genre de petit livre qu’on ne lâche pas et dont on sort un peu grandi.

Didier

Tout paradis n’est pas perdu. Jean Rouaud. Grasset. Janvier 2016. 198 pages. EUR 17.-