16/02 : Rencontre exceptionnelle pour les 30 ans des éditions Luce Wilquin

Jeudi 16 février 2017 à 19h30

Les éditions Luce Wilquin ont 30 ans !

L’occasion pour la Licorne de mettre à l’honneur cette maison d’édition, une éditrice et six auteures… Soirée 100% femmes.

Luce Wilquin dirige la maison d’édition du même nom. Sa vocation? Transmettre une passion, faire partager une découverte, passer le témoin au lecteur, lui offrir ce cadeau en forme de texte reçu de l’écrivain…

Mathilde Alet, auteure franco-belge, collabore régulièrement à la revue culturelle en ligne Karoo, consacrant ses chroniques à la découverte des œuvres littéraires belges. Dans son deuxième roman, Petite fantôme, deux sœurs se lancent dans une aventure littéraire qui va bouleverser leurs repères. Que reste-t-il d’un lien quand on en perd les habitudes ?

 

Isabelle Bary est l’auteure, entre autres, de Zebraska (2014, éd. Luce Wilquin), roman qui a rencontré un vif intérêt auprès de milliers de lecteurs. Ce qu’elle ne m’a pas dit est son sixième roman paru aux Editions Luce Wilquin. Parce que nous avons tous de vieux secrets, petits ou grands, l’auteur célèbre l’imagination, la mémoire, l’amour, l’humour et la joie de vivre comme alternatives au silence.

 

Laurence Bertels est journaliste au service culturel du quotidien La Libre Belgique. Le silence de Belle-Île est son second roman. Quiberon, Belle-Île, la mer omniprésente. Naufrage d’un bateau, naufrage d’une vie. Un huis-clos énigmatique qui laisse au lecteur sa part d’imaginaire.

 

Valérie Cohen dissèque les sentiments humains et signe des romans tendres et émouvants. Elle y aborde avec légèreté des sujets profonds, y explore nos ombres et y donne vie à des personnages attachants. Le hasard a un goût de cake au chocolat est son cinquième roman, il regorge d’humour et de tendresse sur les synchronicités et les hasards qui n’en sont peut-être pas. Un récit qui fait du bien, au coeur et à l’âme.

 

Journaliste de formation, Dominique Costermans est une nouvelliste maintes fois primée (Prix de la Francité, Prix International Annie Ernaux), elle est aussi l’auteure de nombreuses publications didactiques. Outre-Mère est son premier roman. Il y est question d’un grand-père juif qui a travaillé pour la Gestapo… Un famille éclatée, cadenassée dans son silence voulu. De longues recherches qui libèrent enfin la parole. Une écriture «blanche» sans pathos pour mieux rendre l’indicible.

 

Aurelia Jane Lee possède un master en communication et a également étudié la philosophie. Elle s’est fait connaître en 2006 avec un premier roman intitulé Dans ses petits papiers, salué par la critique. Un endroit d’où partir, sa saga en plusieurs volumes, dévoile une nouvelle facette de son imagination et entraîne le lecteur au cœur d’une Amérique latine fantasmée.

Au terme de la rencontre, nous fêterons l’évènement comme il se doit.
Avec le soutien de la