« Personne n’a peur des gens qui sourient », Véronique Ovaldé

Je me suis immédiatement attachée à votre magnifique personnage de mère debout. Quelle femme formidable, puissante et inspirante. Ajoutons à ça, votre capacité à la faire vivre, à dépeindre, sans jamais forcer le trait, un quotidien tellement réel qu’on y est projeté, qu’on le veuille ou non. J’ai littéralement dévoré votre roman, le cœur au bord des lèvres, presque sans reprendre mon souffle, tant je redoutais ce qui pourrait arriver à Gloria et aux siens. Vous avez réussi l’équilibre parfait entre force du contenu et tension narrative et ce, jusqu’aux dernières pages. J’ai presque envie de le relire, maintenant que la pression de connaître le dénouement est retombée, pour en profiter plus encore.

Deborah Danblon, pour La Librairie Francophone.
« Personne n’a peur des gens qui sourient »,
Véronique Ovaldé,
éditions Flammarion