« Ne m’appelle pas Capitaine », Lyonel Trouillot

Plus encore que vos récits, ce qui me plait chez vous, c’est votre façon rude et puissante d’utiliser la langue. Il ne faut pas lire trois lignes pour se sentir emporté et parfois même malmené par vos mots. Et en littérature, c’est bon parfois de perdre le contrôle et de se laisser entrainer. De plonger ailleurs. De se laisser faire. De découvrir. De voir un monde et des personnes presque réelles naitre comme taillés à la serpe. Vous travaillez sûrement beaucoup vos textes, mais je leur trouve une spontanéité et une authenticité terriblement naturelle.

Deborah Danblon, pour La Librairie Francophone.

Lyonel Trouillot – Ne m’appelle pas Capitaine – Actes Sud