« Marina Tsvétaïéva, mourir à Elabouga », Vénus Khoury-Ghata

Vénus Khoury-Ghata – Marina Tsvétaïéva Mourir à Elabouga– éditions Mercure de France

Il est des auteurs avec lesquels on est en confiance quoi qu’ils écrivent. Et vous faites partie de ceux-là.

Il faut dire, ma chère Vénus, que vous avez le talent de vous couler dans les personnalités fortes et de leur donner ou redonner vie. De poser vos récits aux quatre coins du monde comme si vous y aviez toujours vécu. Que ce soit au cœur de la Russie, dans le désert ou dans une ville d’Europe, votre écriture vibrante nous prend par le cœur, nous renverse et nous fait vivre sans filtre le destin de ceux que vous mettez en scène.

C’est puissant, c’est décoiffant et c’est vraiment ce que j’aime en littérature. Ne pas savoir où je vais aller mais adorer y être allé. On peut dire que vous m’aurez déjà fait voyager.

Deborah Danblon, pour La Librairie Francophone.
« Marina Tsvétaïéva, mourir à Elabouga », Vénus Khoury-Ghata,
éditions Mercure de France.