« Chaos à Kinshasa », Thierry Bellefroid et Bary Barluti

Octobre 1974, Zaïre. Son excellence grandiloquente le maréchal Mobutu Sese Seko (« l’éternel ») a dépensé des mill9782344010297-Lions de dollars pour organiser en mondiovision et en direct depuis Kinshasa ce qu’on appelle déjà le « combat du siècle ». Cassius Clay, devenu Mohamed Ali, exalté par le panafricanisme naissant et sa conversion à un Islam 100% humaniste, attend de pied ferme Foreman pour reconquérir son titre de champion du monde et l’offrir à la grande nation noire mondiale.

0ctobre 1974, Harlem, NYC. Ernest, un dealer foireux, est dans de sales draps. Il a perdu 1 kg de coke et lorsqu’il gagne
un ticket d’avion sur une radio FM pour assister au « combat du siècle », c’est une mise au vert qui tombe plutôt bien. Loin de la Grande Pomme, il se retrouve donc au milieu de l’Afrique pour ce qu’il pense être des vacances, au milieu de ceux qu’il croit être ses frères blacks. A moins que le décor kinois ne soit pire encore que les bas-fonds new-yorkais. Sans s’en rendre compte, il va très vite se retrouver comme simple pion au centre d’un jeu très dangereux où officient entre autres les services secrets de Mobutu, des rebelles angolais, un diplomate belge qui a beaucoup de billets dans ses valises et une belle prostituée qui rêve d’Amérique et veut sauver son frère emprisonné dans les catacombes du stade, là même où les boxeurs vont bientôt en découdre…

A l’arrivée, ce roman graphique s’avère un redoutable page-turner. Progression narrative extrêmement efficace, passant d’un personnage à l’autre mais revenant sans cesse à Ernest et à Mohamed Ali, tous deux au centre du ring mais cernés par des enjeux qui les dépassent. Le dess
in de Barly Baruti rend à merveille la moiteur sauvage de Kinshasa des années 70, tandis qu’on découvre un Thierry Bellefroid aussi à l’aise avec le langage des petites frappes de Harlem que celui, à l’opposé mais tout aussi imagé, du Grand Léopard africain et ses sbires ou de ses compatriotes de Matongé.

Un suspense d’une redoutable efficacité, entre thriller et géopolitique, et à l’arrivée, une belle réussite.

Didier

Chaos à Kinshasa. Thierry Bellefroid et Bary Barluti. Glénat. Février 2016. 112 pages.