« Alcoolique », Jonathan Ames & Dean Haspiel

Beaucoup de lecteurs auront sans doute déjà fait au moins une fois la triste expérience d’un excès d’alcool débouchant sur des situations ou des comportements extrêmes qu’on finit par regretter. Pourtant, dès les premières cases, lorsqu’on découvre, en même temps que les flics, notre narrateur Jonathan Ames himself, plutôt beau gosse, en train de se faire dorloter sur une banquette arrière par une naine sertie de bijoux qui doit avoir le double ou le triple de son âge, on comprend qu’il ait envie de se réfugier sous le sable. Comment en est-il arrivé là? Et il ne s’agit pas tant de remonter le trou noir qui a précédé cet instant d’abandon que de remonter le cours de toute une vie qui semble vouée à cette honte indescriptible qui le submerge après chaque retour de manivelle.
Superbe roman graphique ET autobiographique, l’auteur rend bien compte de ce que l’alcoolisme, plus qu’une maladie, est d’abord un problème. Et qu’il faut quelques thérapies, beaucoup de promesses d’ivrogne et une bonne dose de courage pour affronter ses démons et cesser de se mentir sur les origines du mal.

En parcourant l’existence de Jonathan (brillamment illustrée en noir et blanc et en gros plans serrés par Dean Haspiel), depuis l’adolescence où tout a commencé, on fait le tri avec lui entre les circonstances atténuantes et la part d’autodestruction. Avec beaucoup d’humour et sans la moindre invitation à s’apitoyer, ce livre offre bien plus que le constat d’une vie gâchée. Il aide aussi à comprendre la frontière entre deux verres et toute la bouteille. Entre s’oublier et effacer la bande.

Didier

Alcoolique. Jonathan Ames & Dean Haspiel. Monsieur Toussaint Louverture, octobre 2015, 144 pages, EUR 22.-