09/11 – Rencontre avec Taha Adnan & Xavier Luffin

Jeudi 9 novembre 2017 à 19h00

Nous vous proposons de rencontrer Taha Adnan, écrivain et poète maroxellois, autour de l’ouvrage collectif « Ceci n’est pas une valise », paru aux éditions La Croisée des Chemins, et Xavier Luffin, professeur à l’ULB où il enseigne la langue et la littérature arabes.

Des récits contemporains qui consignent la vie sous le ciel bas de la Belgique. Un ouvrage collectif à propos d’une Belgique multiple racontée en arabe par des écrivains venus du Maroc, d’Irak, de Syrie, de Palestine, d’Egypte et du Soudan. Malgré les années passées dans ce pays où ils ont choisi de vivre, ils n’ont pas quitté pour autant cette lettre typiquement la patrie de la  » langue du dâd  » – le dâdd – arabe – échappant ainsi à l’exil linguistique. Sans doute que le passage de la sévère frontière linguistique ne nécessite pas de douane.

Ce sont des textes qui racontent les manifestations de la migration dans la conscience créative arabe. Des récits arabes à propos de lieux belges, constituant d’une part un élément essentiel de la narration, d’autre part un simple prétexte pour des histoires purement orientales. Mais l’important est qu’ils éclairent l’expérience de l’artiste et les contours du lieu en même temps.
Que le lieu soit un refuge ou une terre d’exil, un lieu de résidence ou une patrie, le rapport avec lui est délimité par des événements grâce auxquels se multiplient et se différencient des parcours de vie. Les parcours de vie de divers personnages, comme le migrant, le réfugié, l’ouvrier, le chômeur, l’étudiant, l’artiste, l’homme de culture… ou encore de simples gens à la recherche d’une vie meilleure ou d’une mort clémente.

Des histoires agrémentées de clichés photographiques dialoguant avec les villes et se brouillant avec elles avec une liberté artistique et esthétique, avec une touche humaine pleine de tendresse et un sens aigu du lieu.

Cette rencontre est organisée en collaboration avec le Centre Culturel Omar Khayam, asbl basée à Bruxelles, née de la volonté de promouvoir des espaces de dialogues et de faciliter l’échange interculturel et la compréhension mutuelle. Son nom est celui d’un poète scientifique persan du XIème siècle dont les quatrains reflètent la liberté de pensée et l’esprit critique.

 

Avec le soutien de la