11/05 – Rencontre avec Caroline De Mulder & Alain Berenboom

Jeudi 11 mai à 19h30

Rencontre croisée avec deux auteurs renommés de notre terroir : Caroline De Mulder qui, après Bye Bye Elvis, nous revient pour avec Calcaire, un roman noir et poisseux paru chez Actes Sud, coll. Actes Noirs, et qui a pour décor le fin fond d’une Flandre pour le moins inquiétante. Et Alain Berenboom avec son dernier opus Hong Kong Blues paru chez Genèse éditions et qui raconte les truculentes tribulations d’un homme un peu perdu au bout du monde (devinez où).

Sur la route de Maastricht, une villa s’effondre brutalement, et son occupante occasionnelle, la fragile Lies, ne donne plus de nouvelles : son ami Frank Doornen la cherche partout. L’enquête de cet ancien soldat se tourne vers le propriétaire de la villa, amateur de jolies femmes et industriel véreux, qui stocke illégalement dans d’anciennes carrières de calcaire des déchets hautement toxiques pour l’environnement. Avec Tchip, ferrailleur à la petite semaine et recycleur impénitent, Frank va s’aventurer dans les souterrains labyrinthiques à la recherche de Lies. Mais la jeune femme reste introuvable.
Une Flandre dézinguée et glauque abritant une société à la marge, où des femmes-enfants croisent des post-adolescents radicalisés ; une clique d’écolos alternationalistes installés là en protestation ; l’épouse de l’industriel retrouvée assassinée… Après le glamour désenchanté qui caractérisait son roman Bye Bye Elvis, Caroline De Mulder nous fait goûter, de son écriture âpre et sonore, au plaisir d’un conte noir aux personnages cabossés, où les ténèbres des galeries désaffectées reflètent celles des âmes.

Caroline De Mulder est Maître de conférence (FUNDP) et écrivain. En 2010, elle recevra le prix Rossel pour son premier roman Ego Tango (Champ Vallon, coll. Détours, 2010). Elle a rejoint Actes Sud à l’occasion de la sortie de son roman Bye Bye Elvis. En tant qu’universitaire, Caroline De Mulder a contribué à de nombreuses revues ou ouvrages collectifs, dont la Revue d’histoire littéraire de la France et la revue Art Press 2.

 

Sa compagne l’a quitté. Son dernier roman a fait un flop. Sa petite fille, Gabrielle, lui manque cruellement. En désespoir de cause, Marcus Deschanel accepte d’écrire un Carnet de voyage sur Hong Kong. À peine arrivé dans l’ancienne colonie britannique, il se retrouve mêlé à l’assassinat d’une manucure dans une discothèque. Son passeport n’a-t-il pas été retrouvé dans le sac de la jeune femme à côté de son cadavre ?

Fauché, sans papier, Marcus est pris au piège. Telle la grenouille dans le pot de lait, réussira-t-il à sortir du chaudron moite et grouillant de Hong Kong ? Et auprès de qui trouver de l’aide : son avocat « Appelez-moi-Mike » ? Le commissaire Teng prêt à le jeter en prison ? Pedro, le plombier-bistrotier ? Ou l’énigmatique Patricia qui entraîne Marcus dans un étrange jeu de séduction ?

À travers ce roman caustique, surgit une ville-État qui a le blues. Ce paradis fiscal et financier, vitrine de la mondialisation, se lézarde sous les coups de boutoir de la Chine communiste et de la révolution des parapluies.

Avec plus de treize romans à son actif, Alain Berenboom est devenu une figure majeure de la littérature belge de langue française. En 2013, il a reçu le prix Rossel pour son récit Monsieur Optimiste. En 2015, il a reçu le prix SCAM pour l’ensemble de son œuvre. Avocat spécialiste du droit d’auteur autant que lecteur passionné et éclectique, Alain Berenboom est aussi chroniqueur au journal Le Soir.

 

La rencontre se terminera par le verre de l’amitié.
Avec le soutien de la